Le Réseau

Le #Réseau est sans nul doute la démarche de loin la plus efficace dans une recherche d’emploi et pourtant … la moins connue et la moins maîtrisée …

En centre de formation, la recherche d’une entreprise dans le cadre de ses études en alternance est un moment clé : comment trouver THE opportunité dans le groupe qui fait rêver ?

Généralement, durant un bref entretien avec le Chargé des Relations Entreprises, vient la question : « Avez-vous quelqu’un dans votre réseau susceptible de vous aider ? ».

L’étudiant entend : « Vos parents ont-ils un ami pour vous pistonner ? ».

Evidemment, la réponse est très souvent « non ». Pourtant, cela ne reflète que partiellement la réalité.

A qui la faute ? Comment aider les étudiants à comprendre les mécanismes de ces fameux réseaux afin qu’ils en tirent profit le plus tôt possible ?

Stop au cliché du piston !

Pour l’immense majorité, trouver une entreprise d’accueil en dehors des offres publiées sur internet relève du piston : « Mon père connait la Directrice Commerciale de la boite » ou « Ma mère travaille avec le Responsable RH de cette entreprise » versus « Je ne connais personne moi ».

Deux conséquences :

  • Les élèves qui en bénéficient n’en parlent pas, en ont presque honte ;
  • Les autres ne pensent pas pouvoir en profiter.

Certes, le piston « je-suis-propulsé-à-un-poste-que-je-ne-mérite-pas-vraiment-car-je-connais-le-grand-chef » existe mais généralement, il s’agit simplement d’obtenir le bon contact, au moment opportun, pour obtenir un poste fidèle à ses attentes et compétences.

C’est exactement la notion de réseau : qui autour de moi, ou connaissant quelqu’un de mon entourage, pourrait m’apporter l’information pertinente ou les coordonnées de la personne adéquate ?

En se posant cette question, le réseau potentiel s’étend considérablement : parents, amis, camarades de classes, anciens d’école, rencontres en soirée etc.

Abus ? Juste un peu d’audace.

En effet, une fois la question posée, il s’agit de se mettre en action. Pour beaucoup, contacter une personne que l’on ne connait pas directement est « abusé » : que vais-je lui dire ? Pourquoi m’aiderait-il ?

Comme partout, sans demander il est inutile d’attendre une réponse : que les étudiants osent !

Il ne faut pas hésiter à :

  • demander à sa camarade de classe, qui a déjà trouvé son stage avant tout le monde, si elle n’avait pas une autre piste chaude à exploiter ;
  • solliciter son professeur favori : a-t-il gardé contact avec un ancien collègue ;
  • écrire à un ancien diplômé, grâce aux annuaires des écoles, pour lui demander conseil sur son parcours : comment en est-il arrivé là ?
  • contacter un professionnel inconnu (sur LinkedIn par exemple) : Son parcours vous intéresse + les gens adorent parler d’eux = combinaison imparable.

Un e-mail, c’est bien. Discuter, c’est mieux.

De trop nombreux étudiants envoient un e-mail, obtiennent une réponse (brève, certainement envoyée entre deux rendez-vous via un smartphone) et imaginent qu’il faut continuer ainsi.

Après 15 messages, ils n’ont pas avancé. Du tout.

En revanche, après un appel de 20 – 30 minutes (convenu à l’avance), le contact est établi, une certaine forme de complicité se crée et la relation entre l’étudiant et le professionnel devient plus personnelle, ce qui change tout.

En effet, pourquoi un manager prendrait le temps de se préoccuper d’un étudiant qu’il ne connait pas ? A l’inverse, après avoir échangé, compris son parcours, senti sa motivation et sa curiosité, le responsable en entreprise sera bien plus enthousiaste à l’idée de « prendre sous son aile » cet élève en le recrutant directement (coup de chance !) ou en transférant son CV à un collègue ou une connaissance.

Comment aider et développer cette logique de réseau ? (oui, l’illustration est bidon mais efficace)

Organiser un maximum d’évènements entre promotions. En effet, un 2ème année peut déjà beaucoup aider un 1ère année, et ainsi de suite. Trop peu d’étudiants pensent à la plus évidente des solutions : comment ont fait les élèves de la promo supérieure et comment récupérer leurs bons plans ? Ces rencontres peuvent très bien se faire en soirée, en asso’ etc. ; pas besoin d’un cadre formel.

Décomplexer les étudiants au sujet des réseaux / pistons : vous pouvez trouver une entreprise sans envoyer 200 candidatures spontanées sur des adresses anonymes (que personne ne consulte) ? Tant mieux !

Multiplier les rencontres avec les entreprises hors entretiens d’embauches classiques afin que les connexions se fassent naturellement. A tout instant, une belle rencontre peut se produire : il faut y prêter attention et se montrer réactif.

Pour conclure, un réseau est une mine d’or qui se construit, se développe et s’entretient dès la journée d’intégration. Il faut prendre conscience des ascenseurs qui se renvoient en permanence et être toujours prêt à faire profiter des autres de son propre réseau pour constituer son cercle vertueux.